Comment acheter des actions ? Guide pour débutants (et 5 pièges à éviter)

Comment acheter des actions ? Comment ça marche, concrètement ? Quel type de compte ouvrir ? Paye-t-on des impôts ou des frais bancaires ? Comment investir en bourse quand on n’y connaît rien et/ou qu’on n’a que très peu d’argent à investir ? Comment acheter des actions pour les grands débutants (et quels pièges éviter) : je vous explique tout !

Comment acheter des actions d’une entreprise, concrètement ?

Avant même de vous expliquer quel compte ouvrir, je vais vous montrer très brièvement comment je fais lorsque j’achète des actions. Vous allez voir, ce n’est rien de sorcier.

Avant toute chose, vous devez disposer d’un Compte-Titres Ordinaire (CTO). C’est le compte qui contiendra vos actions. Comme votre compte-courant sert de support à votre argent de la vie de tous les jours, eh bien le compte-titres est le support de vos actions, obligations et autres produits boursiers.

Je conseille DEGIRO (compte gratuit, pas de frais de garde, et frais de courtage ultra-bas) car c’est de loin le courtier le moins cher que je connaisse, en particulier si vous souhaitez acheter des actions américaines (mais on y reviendra). Il existe d’autres types de comptes qui peuvent servir de suports à vos actions (notamment le PEA et l’assurance-vie), mais pour commencer le plus simple reste le compte-titres.

Ouvrir un compte-titres gratuit chez DEGIRO

Degiro logo
DEGIRO est le courtier le moins cher du marché. En plus, le compte est gratuit. Vous pouvez le laisser ouvert à vie sans frais. Et comme toujours, allez-y mollo car l’investissement comporte un risque de perte en capital. Ne faites pas n’importe quoi avec vos économies 😉

Pour plus d’infos, lisez mon avis complet sur DEGIRO après 2 ans chez eux.

Une fois que vous avez votre compte et de l’argent dessus, voici comment acheter des actions :

1. Connectez-vous sur votre compte-titres

Rendez vous sur votre compte-titres. La plupart du temps, il y a une barre de recherche où vous pouvez taper le nom de l’entreprise ou de la valeur que vous recherchez. L’interface varie suivant le courtier chez qui vous êtes (tout comme la présentation change selon que vous faites un virement depuis un compte LCL ou depuis un compte BNP). Mais en gros, le principe est le même.

2. Dans la barre de recherche, cherchez la valeur qui vous intéresse :

  • Par son nom : « Renault »
  • Par son code mnémonique, également appelé « mnémo » ou « ticker » (en anglais) : RNO.PA (ici cela désigne Renault.Paris car Renault est cotée à la bourse de Paris, notez que certaines valeurs sont cotées sur plusieurs bourses, vous pouvez prendre celle que vous préférez en dollars, euros ou autre)
  • Ou encore par son code ISIN : FR0000131906. Si vous l’avez, c’est le meilleur moyen d’être 100% certain d’avoir la bonne action et de ne pas acheter par erreur autre chose. Même si le risque est globalement faible.

Souvent, lorsque vous lisez un article de finance qui parle d’une certaine valeur, le ticker ou le code ISIN est précisé. Cela vous permet d’être sûr de bien identifier la bonne action. Par précaution, vérifiez l’ISIN sur des sites spécialisés tels que Zonebourse ou Yahoo Finance.

Degiro rechercher action Renault
La plupart du temps, il faut sélectionner la première dans la liste. Les autres sont soit la même entreprise mais cotée à la bourse d’un autre pays et avec le même numéro ISIN (utile pour les habitants du pays en question s’ils veulent investir dans leur propre monnaie ou sur un compte qui ne permet que des investissements locaux), soit une autre entreprise au nom similaire, soit un produit dérivé autre qu’une action (instruments financiers tels que des warrants, options ou obligations, réservés aux investisseurs expérimentés). Ici, « FRA » désigne la bourse de Francfort, « MIL » Milan, « XET » Xetra (bourse allemande) et « EPA » Euronext (bourse de Paris, plus connue sous le nom de  l’indice « CAC40 »)

3. Cliquez sur « acheter »

Le bouton « acheter » est souvent représenté par un « A » vert et le bouton « vendre » par un « V » rouge.

Boursorama acheter action
Une fois connecté sur mon compte en bourse, je cherche « Renault ». J’arrive sur le profil de Renault sur le site de mon courtier, puis j’ai la possibilité de passer des ordres pour acheter des actions. Ici, elles sont à 36,91€ l’action. -0,20%, c’est la variation de cours d’aujourd’hui.

Vous devez alors choisir un type d’ordre. Personnellement, le plus souvent, je prends à cours limité et j’indique le prix à partir duquel je veux que l’achat se déclenche. Si ce seuil est atteint, l’ordre s’exécute automatiquement. Cela peut être sur le jour même ou sur une période de mon choix (plusieurs jours, semaines ou mois).

Ou alors, si je ne veux pas me prendre la tête, j’achète « au marché » et l’ordre s’exécute au prix actuel. De toute façon quand vous comptez conserver vos actions pendant plusieurs années (ce que je vous conseille, on n’est pas au casino), ce n’est pas une variation de quelques centièmes de pourcents qui va changer grand chose.

A lire également :  Vos plats à -50% avec l'appli anti-gaspi Karma (bonus : 5€ offerts !)

Boursorama types d'ordres actions

Vous venez de passer un ordre ! Il devrait être bientôt exécuté (c’est-à-dire que vos actions seront bientôt achetées, en général c’est immédiat). Celles-ci apparaîtront sur votre compte-titres, ainsi que la plus ou moins-value latente (la variation de valeur dpeuis que vous avez acheté vos actions) et la variation quotidienne de cours.

Plus symboliquement, vous voilà maintenant l’heureux propriétaire d’actions Renault ! Vous pouvez vous pavaner comme le petit capitaliste que vous êtes 🙂

Les 3 principaux types de comptes pour acheter des actions

Bon alors, comment ouvrir un compte en bourse ?

Premièrement, vous devez ouvrir un compte chez un courtier en bourse (ou « broker »). Il en existe des dizaines. Votre banque le fait sûrement, mais je vous déconseille d’ouvrir un compte en bourse dans votre banque « classique » car vous allez payer beaucoup trop de frais.

Il existe plein de supports différents pour acheter des actions, mais je ne vais vous présenter ici que les 3 principaux. Pas la peine de vous embrouiller davantage, vous n’avez pas besoin de plus.

Je vais vous présenter 3 types de comptes et 3 courtiers agréés par l’AMF (Autorité des Marchés Financiers), organisme qui régule les transactions financières en France.

Le compte-titres ordinaire (CTO)

Le compte-titres, comme son nom l’indique, est un compte qui peut contenir des titres, donc des actions. C’est le support sur lequel vous garderez vos actions. C’est le plus simple qui existe.

De la même manière que vous mettez des euros sur votre compte courant, vous mettez des actions sur votre compte-titres.

Comme j’en parlais plus haut, j’utilise DEGIRO qui propose un compte-titres gratuit et complet (toutes actions, tous pays). Aucun dépôt minimum requis lors de l’ouverture du compte, même si à titre personnel, je vous conseille d’y mettre au moins 100€ pour commencer. A vous de juger.

Même avec 10€, vous pouvez vous lancer et acheter une action Orange à 9€ !

Note : si vous avez déjà un compte Revolut, vous pouvez ouvrir un compte trading depuis l’appli et acheter des actions et même des cryptomonnaies. Très pratique !

Vous devez d’abord alimenter votre compte-titres en y transférant de l’argent, et c’est avec l’argent présent sur votre compte-titres que vous pourrez ensuite acquérir des actions.

Notez enfin que tous vos plus-values seront taxées à 30%. Si vous achetez Renault à 20€ et que vous revendez 29€, vous faites un bénéfice de 9€ dont 3€ vous seront taxés. Cela viendra s’ajouter à votre feuille d’imposition l’année où vous aurez encaissé le bénéf’ (donc l’année où vous aurez revendu les actions en question).

Donc : vous n’êtes imposable qu’à partir du moment où vous revendez avec un bénéfice. Si vous avez acheté pour 1000€ d’actions il y a 10 ans qui valent maintenant 1 million mais que vous décidez de ne pas les vendre pour le moment, eh bien vous n’êtes pas encore imposable puisque les gains n’ont pas été réalisés.

Le PEA

Avec le Plan d’Epargne en Actions (ou PEA), vous êtes exonéré d’impôts sur vos bénéfices si vous le gardez ouvert minimum 5 ans. Vous payez quand même les prélèvements sociaux, soit 17,2% actuellement. On est loin des 30% du compte-titres !

Vous pouvez acheter des actions, les revendre et ajouter de l’argent tant que vous voulez au sein du PEA. L’important est de ne surtout pas retirer l’argent du PEA avant 5 ans, sinon cela entraîne sa clôture et vous payez l’imposition à 30%.

Seul bémol : vous ne pouvez acheter que des actions françaises et européennes. Pas de Tesla ni d’Apple sur un PEA, donc. Enfin presque : vous pouvez tout de même y acheter des ETF, c’est-à-dire des fonds qui reproduisent un indice. Par exemple : j’ai un ETF Nasdaq sur mon PEA, ce sont des parts d’un fonds qui achète des entreprises américaines de l’indice Nasdaq. Ainsi, j’ai des actions US sur mon PEA de manière détournée. C’est autorisé car le gérant du fonds est une banque française.

Boursorama est parfait si vous voulez ouvrir un PEA. Il n’y a pas de frais de droits de garde (car oui, d’autres banques font payer le simple fait de garder un PEA ouvert), et l’ordre est facturé seulement 0,5% du prix avec un minimum de 1,99€ (offre découverte).

Note : pour ouvrir un PEA Boursorama, vous devez aussi ouvrir un compte courant ici dans la foulée (100% gratuit bien sûr). Transférez l’argent sur votre compte courant Boursorama, puis sur votre PEA pour ensuite acheter des actions avec.

L’assurance-vie

Terminons par l’assurance-vie, placement de long-terme qui peut contenir des actions mais pas seulement (vous pouvez aussi y mettre des parts de fonds d’investissement, des obligations, etc).

A lire également :  Ipsos I-Say : que vaut ce site de sondages rémunérés ? Avis

Très franchement, si vous lisez cet article, je ne crois pas que l’assurance-vie soit ce que vous cherchiez. Je la liste ici juste pour que vous sachiez qu’elle peut servir de support à des actions.

L’assurance-vie est bien si vous comptez acheter quelques actions stables et les laisser reposer pendant au moins 8 ans (période après laquelle vous serez moins imposé). Si vous voulez plus d’infos, j’ai tout un article à ce sujet : l’assurance-vie, qu’est-ce que c’est ?

5 pièges à éviter lorsqu’on achète des actions

Avant d’aller plus loin, par pitié, lisez ces 5 pièges à éviter. Je parle d’expérience. Je me suis fait avoir un certain nombre de fois et je commence à savoir ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire.

1. Acheter tout et n’importe quoi

Si vous suivez quelques comptes qui parlent de bourse sur Twitter, Youtube ou Reddit (comme moi) ou même si vous lisez la presse boursière traditionnelle, vous aurez vite tendance à vous laisser influencer par la nouvelle valeur en vogue.

Faites gaffe : n’achetez pas sur un coup de tête. Vérifiez d’abord le profil de l’entreprise, si elle est endettée ou si elle a beaucoup de cash, ses performances, sa rentabilité, ses perspectives, etc. Renseignez-vous bien. Faites-vous votre propre avis.

Si une valeur a le vent en poupe et si on en entend parler partout, c’est qu’elle est peut-être déjà montée trop haut trop vite. Si c’est le cas, elle va peut-être retomber très fort tout aussi vite. Personnellement, je préfère attendre quelques jours voire quelques semaines avant de me placer.

Ou alors au pire, j’ouvre une toute petite position juste histoire d’y être et de voir ce que ça donne ensuite, si je renforce ou non.

A ce sujet, je vous recommande l’excellente chaîne Youtube Zonebourse avec Xavier Delmas, ancien trader à Londres, qui explique et vulgarise la bourse de manière très claire et raisonnée. C’est rare d’avoir une chaîne Youtube spécialisée en bourse et de cette qualité en français, alors profitez-en !

2. Ne pas définir d’horizon de placement

Vous voyez peut-être parfois passer des articles qui disent un truc du genre : « si vous aviez acheté 1000€ d’actions Amazon en 2003, vous auriez 100 000 € maintenant » ! Et vous vous dites sûrement que c’est rageant… « Si j’avais su, j’aurais mis un gros billet et je serais devenu riche » !

Oui mais voilà : vous n’auriez jamais eu l’idée d’acheter une valeur aussi peu connue ni la patience de la conserver aussi longtemps. Dès que vous auriez vu votre argent multiplié par 5, vous auriez encaissé vos bénéfices, pensant que ça ne monterait pas jusqu’à x10. Et vous vous en seriez mordu les doigts. Ça arrive à tous les investisseurs, rassurez-vous.

Pour pallier à ce problème, définissez un horizon de placement. Vous achetez des actions et vous dites : « OK, je les garde pendant 5 ans. Quoi qu’il arrive, je n’y touche pas ». Cela évitera de les revendre bêtement lors d’un crash ou de les revendre alors qu’elles ont encore beaucoup de potentiel. A condition que l’entreprise ait du potentiel à long terme, bien sûr. A vous de bien analyser les entreprises que vous achetez.

A lire également :  31 idées faciles pour arrondir ses fins de mois (à tester maintenant !)

3. Revendre pendant un crash

Le plus dur en bourse, c’est de savoir garder ses actions sur le long terme (HODL comme disent les jeunes) et de ne pas céder à la tentation de les revendre, surtout quand elles se cassent la figure !

Vous rigolez peut-être, mais nombreux sont les investisseurs qui voient la bourse se péter la tronche, qui stressent et qui revendent pour limiter leurs pertes. Souvent même avec un déficit !

Ou alors, d’autres revendent en se disant qu’ils vont racheter moins cher quelques jours plus tard, puisque de toute façon le crash n’est pas fini, n’est-ce pas ?

Personne n’a de boule de cristal

On ne peut jamais savoir si ça va remonter demain ou si ça va continuer à baisser. Croyez-moi. J’ai revendu des actions au plus bas de la crise de 2020 en pensant qu’elles allaient descendre encore plus bas et que je pourrais les racheter pour moins cher. Elles ne sont jamais descendues plus bas, et si je n’avais rien touché, j’aurais gagné une véritable montagne de pognon.

J’ai été débile, j’ai essayé de trouver le meilleur moment (« timer le marché »), j’ai perdu. Ne faites pas la même erreur 🙂

Maintenant, je sais que quand on achète des actions et qu’on compte les garder, eh bien il faut les garder et ne toucher à rien. C’est plus difficile qu’il n’y paraît.

4. Ne pas garder un minimum de cash

  • Règle numéro 1 en bourse : gardez toujours du cash !

Pourquoi ? Parce que 1) comme ça s’il y a un crash, vous aurez de quoi investir quand les actions seront au plus bas et 2) il faut toujours avoir un coussin de sécurité si jamais vous avez un problème d’ordre personnel.

  • Règle numéro 2 en bourse : n’investissez que l’argent que vous pouvez vous permettre de perdre !

Remplissez d’abord un peu votre livret A avec de quoi vivre pendant 6 mois en cas d’imprévus, puis investissez l’excédent. N’achetez pas des actions en bourse avec l’argent prévu pour faire vos courses, c’est le meilleur moyen de stresser et de tout revendre à perte à la moindre baisse.

5. Les frais de courtage

Terminons par un point important : celui des frais de courtage. Ce sont des frais que vous facture votre courtier à chaque fois que vous achetez ou revendez des actions (à chaque ordre exécuté).

Ces frais peuvent varier énormément d’un courtier à l’autre. Tenez-vous en aux courtiers que j’ai cités plus haut, ou comparez un minimum sur le web avant de créer un compte chez un courtier.

Conclusion – Comment acheter des actions (pour les débutants) ? 5 pièges à éviter

J’espère que cet article vous aura aidé à y voir plus clair sur la marche à suivre pour commencer à investir en bourse. Commencez petit, allez-y gentiment, prenez votre temps et puisez dans les ressources qu’offre le web et les livres pour vous renseigner et placer intelligemment votre argent durement gagné. Avec beaucoup de patience, vous arriverez à vous construire un patrimoine décent et à réellement vous mettre à l’abri du besoin et/ou à faire face aux coups dur sans recourir au crédit. Ou alors, vous arriverez à gagner de quoi vous acheter une Ferrari, je ne juge pas, chacun ses objectifs de vie 😀

Partagez vos astuces dans les commentaires ci-dessous et dites-moi si cet article vous a plu. Il est un peu plus technique que la moyenne, j’ai voulu tester quelque chose de différent 🙂

Bon trading et bon investissement !

Marc

Avez-vous aimé cet article ?

Noter l'article

Note moyenne 4.8 / 5. Nombre de votes : 5

Aucun vote. Soyez le premier à donner votre avis !

Merci ! Si vous aimez le blog...

Vous pouvez me suivre sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire