8 bonnes astuces zéro déchet que je fais au quotidien

Recycler, c’est bien. Ne pas avoir à recycler parce qu’on n’a pas acheté d’emballage, c’est mieux !

Il ne faut pas tomber dans le piège de la satisfaction d’avoir trié ses déchets. Le top, ça reste encore d’éviter d’en produire.

Voici donc 8 trucs concrets que je fais tous les jours pour éviter au maximum de produire des déchets inutiles !

1. J’achète en vrac

Le vrac est une tendance qui ne faiblit pas ! Il y a plein de produits qui peuvent être achetés sans emballage : le riz, les pâtes, le café, les haricots… Autant en profiter et réduire vos déchets au passage  😉

2. J’ai une cafetière espresso sans capsules

Les capsules Nespresso, Dolce Gusto, Parmigiano Reggiano… C’est du pur marketing ! Le café coûte bien plus cher au kilo que du café moulu normal, et ce n’est même pas spécialement meilleur qu’un espresso normal !

Toutes ces capsules sont autant de déchets complètement inutiles, sachant qu’on peut se faire du café facilement et sans capsules.

En plus de coûter cher, ces capsules génèrent des tonnes de déchets inutiles, que peu de personnes prennent la peine de recycler !

Et même si vous les triez, cela reste un gros gaspillage d’énergie pour les fabriquer et les recycler. Il est bien moins polluant de ne pas utiliser de capsules, point barre.

Ce type de cafetière espresso vous fait un café aussi bon que celles à capsules pour 10 fois moins cher !

Pour ma part, j’utilise une cafetière espresso normale, à percolateur. Il suffit de mettre le café moulu dans le porte-dosette, et voilà.

C’est un investissement qui s’amortit de lui-même, je fais donc des économies sans y penser !

3. J’ai remplacé le gel douche par du savon

… du savon sans emballage, bien sûr !

Vous vous rendez compte un peu de la quantité de bouteilles de gel douche que l’on jette ?

Encore une fois : même si on les recycle, ça reste pas top.

A-t-on vraiment besoin de tant de plastique jetable ?

Et c’est sans parler des produits chelou qui composent les gels douche : parabens, microbilles de plastique, agents moussants… Autant de produits mauvais pour votre peau et l’environnement.

Attention aux ingrédients du savon !

Après avoir testé pas mal de savons différents, j’en reviens toujours au savon de Marseille vert foncé le plus basique possible.

Je prends celui du magasin bio uniquement, car les autres, même ceux estampillés « savon de Marseille », contiennent trop d’ingrédients bizarres (notamment du « tallowate de sodium« , c’est-à-dire de la graisse de bœuf). Regardez bien l’étiquette avant d’acheter !

 

Le savon de Marseille vert foncé sans emballage du magasin bio contient une majorité d’huile d’olive. Son odeur est particulière, mais on s’y habitue, et il est très respectueux de la peau.

Je ne prends pas le jaune (malgré son odeur plus agréable) car il contient de l’huile de palme prétendument écologique mais il n’y a aucun label le prouvant et il faut donc faire confiance à ce que dit le producteur.

Eh oui, au temps béni des colonies, on utilisait cette huile peu chère pour faire le savon de Marseille. Comme quoi, tradition rime parfois avec pollution, 😉

J’ai trouvé une marque de savon de Marseille traditionnel (cuit au chaudron) qui n’utilise pas d’huile de palme mais de l’huile de coco. Dans le doute, je préfère me tourner vers celle-ci, même si je reste sceptique.

savon marseille la corvette

Le savon de Marseille La Corvette est l’un des seuls à ne pas contenir d’huile de palme. Il reste emballé dans du plastique et n’est pas bio, mais c’est un bon début par rapport aux autres savons de Marseille

Quel savon choisir si le savon de Marseille n’est pas le meilleur ?

Soyons clairs : il n’existe pas de savon de Marseille traditionnel bio et sans huile de palme. Point barre.

Croyez-moi, j’ai cherché et recherché partout sans relâche. Tous les savons de Marseille cuits au chaudron ont l’un des problèmes suivants :

  • Soit ils sont suremballés
  • Ou alors ils contiennent de l’huile de palme
  • Ou encore, ils contiennent plein d’ingrédients bizarres (comme de l’oxyde de titane)

Le mieux, à mon sens, est de prendre un savon artisanal 100% bio (certifié avec label Ecocert et tout le reste), sans emballage en plastique et sans saloperies.

Je recommande particulièrement ces deux marques de savons efficaces, qui sentent bon, bio et avec des emballages en carton :

  • Savonnerie du Val d’Argent (en magasins bio et grandes surfaces, vu chez Auchan par exemple)
  • Clémence et Vivien

4. J’utilise un tawashi

Un tawashi ? Qu’es aquò ?

C’est juste une éponge, mais réutilisable et lavable ! Elle permet de ne plus acheter d’éponges, et donc de faire des économies tout en réduisant vos déchets  😎

Voici mes tawashi : un en coton de récup’ (à gauche), l’autre en chanvre (à droite). Fabriqués à la main. Je les ai trouvés sur Etsy

5. J’utilise des torchons au lieu de l’essuie-tout

Comme ma grand-mère, j’utilise des serviettes pour manger et des torchons pour nettoyer. Une fois sales, je les balance simplement à la machine ! Pas besoin de gaspiller de l’essuie-tout  😉

6. Je ne prends pas de sac pour les fruits, légumes ou le pain

Quand ce n’est pas nécessaire, je ne prends pas de petit sac pour emballer mes fruits, légumes ou mon pain.

  • Je prends le pain comme ça, sans sac
  • Si je prends des bananes, je colle l’étiquette de prix directement sur la grappe de bananes
  • Si j’ai vraiment besoin d’un sac, j’utilise un petit sac réutilisable que j’ai toujours au fond de mon sac de courses

J’ai toujours ces petits sacs au fond de mon sac de courses et ça me permet de prendre des fruits, légumes et produits en vrac sans utiliser de sachets ! Vous pouvez les trouver notamment sur Etsy. Très pratique, je recommande !

7. Je limite les aliments transformés

Au lieu de toujours acheter des pizzas, cordons bleus et autres trucs ultra-transformés et industriels, j’essaye de cuisiner moi-même le plus possible et avec des aliments basiques.

Par exemple : saucisse purée, omelette aux pommes de terre, salade…

Quand vous cuisinez, vous limitez les déchets et vous vous faites du bien . Le bénéfice est double  🙂

8. J’évite les formats individuels

Qui dit « format individuel » dit forcément plus d’emballage. Je m’efforce donc d’acheter le plus de gros formats possibles, avec le moins de suremballages possibles.

Et vous, quelles sont vos astuces ? Donnez-les moi dans les commentaires ci-dessous ! Cela pourra aider tout le monde ici à réduire ses déchets 🙂

Marc

5.0
01

Marc

Créateur de Radin Malin Blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.